Qui sommes-nous ?

Dockers asbl est une association sans but lucratif créée en 2019. Elle a pour objectif la promotion d’un véritable statut social pour les intermittents du domaine culturel par la création d’une plateforme de gestion administrative et d'éducation permanente en droit social.

Dockers n’est pas un secrétariat social, ni une agence d'intérim, Dockers n’est pas non plus un BSA ou la SMART. Nous nous positionnons comme acteur d’éducation permanente en droit social porteur d’un outil concret d’accompagnement administratif gratuit pour les travailleurs.

Le projet a été initié par Nicolas Bier et son ami Ahmed Menouni en mars 2019 et compte à présent 4 membres effectifs bénévoles:

Nicolas Bier est chef monteur en film de fiction et documentaire (notamment pour Les Petites Mains récompensé du César du meilleur court métrage en 2019). Il est également co-président de l’association belge des monteurs Bemontage.

Julien Gelder, qui rejoint l’asbl en juin 2019, est avocat à Bruxelles spécialisé dans les matières liées aux PME. Il apporte son expertise concernant l’arsenal juridique auquel Dockers doit faire face.

Germain Randaxhe est chef de projet en informatique depuis plus de 10 ans. Militant de la première heure et artiste multi-disciplinaire, il rejoint l'asbl en octobre 2019 comme responsable technique.

Anne-Catherine Lacroix, qui rejoint l’asbl en mai 2020, est conseillère juridique en droit social. Elle travaille depuis près de 15 ans à l’asbl “l’Atelier des droits sociaux”, traitant quotidiennement du droit du travail et de l’assurance chômage, notamment à destination des artistes et techniciens du secteur artistique.

Manifeste



Notre idéologie

Notre action a pour but de valoriser l’accès d’un maximum de personnes à notre mal nommé «statut d’artiste ». Pourquoi?


Parce qu’il n’y aura pas de véritable statut social sans protection sociale et parce qu’à l’heure actuelle, celle-ci passe inévitablement par l’assurance chômage.

Parce qu’en l’état actuel, ce “non-statut” en tant que chômage reste la protection sociale la plus pérenne face à l’intermittence des revenus. Elle garantit à celles et ceux qui en bénéficient, un revenu hors de l’emploi et donc des conditions de vie plus dignes qui peuvent stimuler la création, la naissance de projet; en un mot: la carrière.

Mais surtout, parce que nous pensons fermement que l’assurance chômage et particulièrement dans le domaine de l’intermittence, est un laboratoire de réflexion à ce qui pourrait être, demain, une émancipation du statut du salarié, ancrée dans la réalité, et qui reconnaisse au citoyen avec ou sans emploi, son statut de créateur de valeur économique. A ce titre, il doit donc, à tout prix, être préservé et surtout étendu à tous les travailleurs.

Notre démarche vient également en opposition avec la tendance graduelle du secteur à se déresponsabiliser de l’embauche. Nous déplorons le désengagement de l’employeur envers le travailleur et la perte de connexion entre l’œuvre, son(ses) créateur(s) et son(ses) commanditaire(s).

Nous déplorons l’utilisation d’outils hybrides de facturation / création de contrats qui sont pour le moment l’alternative privilégiée des travailleurs compte tenu de leur régime de travail particulier mais qui représentent, selon nous, à terme, un mouvement dangereux vers l’indépendance des travailleurs, à savoir, une atomisation de chaque individu sur un marché concurrentiel non plus du travail mais des biens et services sorti des logiques communes et des conventions collectives de travail.

Nous sommes conscients que le travail sous l'emploi n’est pas parfait, loin de là, mais structuré autour de conventions collectives et de la sécurité sociale, il est le rempart face au retour à des conditions de travail proches de l’ouvrage du siècle passé dont le travailleur intermittent fait de plus en plus état.

Notre modèle économique basé sur la subvention

Considérant notre service comme d’intérêt public, nous sommes fermement convaincus que cet outil doit être développé grâce aux ressources publiques directes ou indirectes, juste retour sur les impôts payés à l’échelle globale. Nous sommes à ce stade radicalement contre un financement par investissement sous forme de prêt ou d’avance remboursable.

- Pour des raisons logistiques : nécessité de concentrer notre énergie à l’élaboration du meilleur outil possible gratuit pour le travailleur sans contrainte de rentabilité ;

- Pour des raisons politiques : nous considérons qu’un des rôles primordiaux de la fonction publique est justement de subsidier le développement de projets socio-économiques qui améliorent la vie des citoyens afin de ne pas solliciter de financement privé qui endette l'entrepreneuriat.

Notre soutien

L’association est soutenue financièrement par la Fédération Wallonie-Bruxelles. A l’heure actuelle, Dockers a aussi déjà eu l’occasion d’exposer son projet aux administrations du gouvernement de la région bruxelloise et wallone, de l’ONSS, l’ONEm, le FOREm, Actiris ainsi qu’aux syndicats CSC et FTGB. Nous sommes également soutenus par de nombreuses associations professionnelles et inter-professionnelles comme l'ASA, l'ARRF, FACIR, l'Atelier des Droits Sociaux.